Wayne Shorter – Without A Net

wayne

5099972167250_600

Attention, il s’agit là d’un morceau d’Histoire : le retour de Wayne Shorter avec un nouvel album sur Blue Note après avoir quitté le label il y a 43 ans. L’un des plus grand jazzman encore en activité nous régale avec ce nouvel album : Without A Net, qui sortira le 5 février. Et comme nous ne pouvions attendre, on a réussi à trouver un streaming de l’album. Oh joie!

Le célèbre saxophoniste, après être passé par les formations de Miles Davis ou Art Blakey, après avoir été un des piliers de Weather Report, trouve encore l’énergie à 80 ans pour nous régaler avec ce très bel album. Oubliez sa période électrique ici, c’est un retour aux sources qui est entrepris. Plus précisément on pense beaucoup à Footprints et à son dernier album en date Beyond the Sound Barrier : loin des assemblages traditionnels des lignes de basse – piano – sax, la musique se fait plus déstructurée avec une utilisation de l’espace moins conventionnel. Pour ceux qui ont eu la chance de le voir lors de sa tournée l’année passée (dont nous faisions parti), c’est clairement un prolongement sur support physique du quartet. On retrouve Shorter entouré des mêmes (très bons) musiciens : Danilo Perez au piano, John Patitucci à la basse et Brian Blade à la batterie. On aperçoit d’ailleurs sur l’album trois reprises de classiques de Wayne Shorter par ce quartet lors de la tournée de 2011 : Orbits qui date de sa participation au quintet de Miles Davis, Plaza Real de l’époque Weather Report et Flying Down To Rio le thème du film du même nom de 1993. Pour le reste des 6 compos, il s’agit exclusivement de nouveautés, toutes pleines d’intensités à l’image des lives du groupe. Seul Pegasus fait exception : ce morceau de 23 minutes, vraiment absorbant, a été enregistré à LA avec le quintet à vents The Inami Winds. Majoritairement au soprano, un peu moins au ténor, le son de Shorter est vraiment une référence, et montre la voix à ce très bon quartet. Plus qu’un soliste, le saxophoniste se pose comme un élément fédérateur pour ces trois jeunes musiciens. On vous laisse découvrir l’album, on vous précise tout de même la tracklist qui n’est pas mentionnée dans le lecteurs. Bonne écoute. (On a du remplacer le lecteur d’origine du post qui n’était plus disponible par un lecteur Deezer. Vous devez donc vous connecter à ce dernier pour avoir plus de 30 secondes d’album. Désolé!)

1- Orbits

2- Starry Night

3- S.S. Golden Mean

4- Plaza Real

5- Myrrh

6- Pegasus

7- Flying Down To Rio

8- Zero Gravity To The 10th Power

9- Notes Unidentified Flying Objects

5 Comments

    1. Julien février 5, 2013 at 12:37

      Merci!

  1. Pingback: Brian Blade & The Fellowship Band – Landmarks (2014) | le Digitalophone

  2. Pingback: Brian Blade & The Fellowship Band - Landmarks (2014) ● Fine And Street

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *