Vijay Iyer – Break Stuff (2015)

ECM  |  Vijay Iyer [p], Stephan Crump [b], Marcus Gilmore [dm]

Le dernier album du pianiste Vijay Iyer est sorti en février sur le label ECM et s’impose comme notre second coup de cœur de ce fin de mois. Du jazz non contraint, qui respire…

Né de parents indiens, Mr Iyer a vécu dans le Connecticut où il a réalisé en dehors du jazz, de brillantes études… de physique ! Remarqué par Steve Coleman à Berkley, le pianiste décollera définitivement en tant que sideman en 95 avec des collaborations prestigieuses (…après un PhD en science cognitive tout de même).

09IYER4-articleLargeVijay Iyer, en 97 – Bob Hsiang

Aujourd’hui le pianiste revient pour son second album chez ECM sous la forme de trio. La pochette, toujours très soignée sur ce label, en dit long sur le contenu : sombre, relief, finesse… L’art de Vijay Iyer est ainsi : impressionniste. Les harmonies sont suggérées, jamais soulignées. Les solos appartiennent à cette catégorie qui outrepasse la question technique pour aller à l’essentiel, dans le moment présent. Un peu comme Monk justement, que le pianiste ne manquera pas de citer en jouant son thème « Work ».

Vijay Iyer c’est aussi l’influence rock progressif, les imitations des motifs samplés et bouclés, un feeling de l’instant inouï. Parmi les titres phares de l’album notons l’adrénalinique « Taking Flight », mais aussi « Countdown » de John Coltrane avec lequel le pianiste s’amuse quelques minutes avant de revenir à l’énoncé du thème.

Vijay Iyer sera en concert ce vendredi 13 mars au centre culturel Paul B à Massy. Pour ceux qui ne peuvent y aller, pour les amateurs de jazz exigeants, nous vous conseillons vivement cet album !

1 Comment

  1. Pingback: Tom McClung – Burning Bright | le Digitalophone

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *