Theo Parrish – Theo Parrish’s Black Jazz Signature

Theo Parrish's Black Jazz Signature

L’Ep dont il est question ce soir est une histoire de rencontre, celle d’un Beatmaker et producteur : Theo Parrish et d’un label : Black Jazz Records, ou la vision contemporaine d’un très bon label de jazz des années ’70s.

Sorti en août dernier, cette fine sélection de Theo Parrish pour le label japonais Snow Dog n’est pas une surprise pour ceux qui sont familiers avec le travail du Beatmaker. Le producteur de Detroit est en effet un adepte des citations spiritual jazz, fusion ou funk dans son propre travail. On est donc ravi de découvrir une douzaine de ses titres préférés du label Black Jazz. Snow Dog est par ailleurs un habitué de ce genre de sortie, puisqu’est précédemment paru des sélections des japonais DJ Muro et Mitsu The Beats, ainsi que du célèbre Gilles Peterson dans le cadre des Black Jazz Signature. Ces Black Jazz Signature constituent donc une belle série qui explore les meilleurs tracks du label Black Jack, dont les albums originaux sont par ailleurs eux-même rééditées par Snow Dog Records. La boucle est bouclée.

La sélection de Parrish est cohérente de bout en bout, et donne une bonne vision des six années de production du label (de 1971 à 1976) dans un pur style spiritual jazz. Le label originaire d’Oakland en Californie se concentrait en effet alors sur de « l’african spiritual jazz », avec des accents de fusion ou de funk. Chose intéressante, Black Jazz Records se voulait surtout un reflet de la culture issue de la lutte pour les droits civiques aux États Unis, en proposant une alternative à un jazz traditionnel qu’ils trouvaient inadapté aux enjeux sociaux d’alors. Entre 71 et 76, Black Jazz a sorti une vingtaine d’albums, et Parrish semble avoir réellement creusé dans cette production pour parvenir à la cohérence de ses choix. Car les 77 minutes de son mix n’offrent aucun temps mort, et les artistes du label s’enchainent et se répondent tout à fait naturellement. Vu le catalogue de Black Jazz, la qualité est inévitablement au rendez-vous. On retrouve ainsi quatre composition du groupe The Awekening, peut être parmis les plus « free » du set de Parish. On peut facilement les rapprocher du pianiste/claviériste Walter Bishop Jr., mais les trois compositions qui se suivent (March On, Convulsion et Jupiter) de The Awekening apparaissent réellement comme le socle sur lequel est construit le mix (on adore par ailleurs le sax fou sur March On). Ces trois tracks sont suivies par une compo (Criss Cross) du guitariste Calvin Keys, très fusion dans l’esprit. Notons également la sélection de deux morceaux de Rudolph Johnson, saxophoniste de son état et qui peut s’avérer être l’un des artistes les plus « traditionnel » du label, mais dont les morceaux ne manquent pas d’intérêt. On ne va pas énumérer toutes les compos présentes dans le mix (on vous met la tracklist à la fin du post) mais on terminera avec notre petit coup de cœur : l’incroyable version de My Favorite Things par Gene Russel, qui a elle seule justifie l’écoute de cette très bonne sélection.

Voici donc un très beau mix autour du label Black Jazz. Theo Parrish a été assez malin pour s’effacer au profit de très bons morceaux peu connus pour la plupart. La sélection n’en est pas moins intelligente avec une vrai continuité de bout en bout, les tracks s’enchainent de manière fluide et agréable, en dépit d’une dizaine d’artistes sélectionnés bien différents les uns des autres. Voici donc de quoi (re)plongez dans ces 6 années de folies de Black Jazz Records.

Tracklist: 

01. Doug Carn – Trance Dance
02. Gene Russell – My Favorite Things
03. The Awakening – March On
04. The Awakening – Convulsion
05. The Awakening – Jupiter
06. Calvin Keys – Criss Cross
07. Rudolph Jonson – The Highest Pleasure
08. Walter Bishop Jr – Those Who Chant
09. The Awakening – Mirage
10. Calvin Keys – BE
11. Rudolph Jonson – Time & Space
12. Walter Bishop Jr – Blue Bossa

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *