The Last Electro-Acoustic Space Jazz & Percussion Ensemble – Miles Away

MI0003131435Aujourd’hui nous revenons sur un album datant de 2010, mais qui nous tient à cœur. Sous le nom interminable de The Last Electro-Acoustic Space Jazz & Percussion Ensemble se cache en fait le magicien du beat Madlib. Miles Away constitue la deuxième sortie du groupe, le premier album (Summer Suite) n’était quant à lui disponible qu’en infime quantité au Japon. On pourrait penser que le titre de l’album fait référence à Miles Davis, mais il ne s’agit ici que d’un clin d’œil : Miles Away se base sur des compositions de nombreux autres jazzmen tels que Harry Whitaker, Roy Ayers, John Coltrane, Pharoah Sanders… Il faut tendre l’oreille, mais les connaisseurs retrouveront les phrasés de ces artistes chers au beatmaker (la compo dédiée à Coltrane et Pharoah est sans doute la plus identifiable). Certaines sources sont moins évidentes, et piochent dans la soul, le funk, la musique africaine ou encore des sons Indiens des années ’70s.

Derf (for Deck Reklaw), la track qui ouvre l’album, résume assez bien le concept de l’album. Madlib parvient en 1 minute à passer d’une phase de percussion à un ambiance plus soul, puis vers un jazz spirituel à base de flutes et de piano. Chaque compo parvient par la suite à la même richesse d’ambiances et de textures. La palette sonore du beatmaker est assez exceptionnelle, allant de la flûte et des clochette aux cithares, sans oublier des grosses basses et des percussions puissantes. Dans Waltz for Woody (for Woody Shaw), Madlib rend par exemple hommage au trompettiste post-bop avec une rythmique très présente et des claviers obscures mais sans jamais utiliser une trompette. Shades of Phil (for Phil Ranelin) repose sur le même procédé : Madlib fait un clin d’œil au trombone du musicien de Détroit en utilisant des synthés, une basse bien groovy et un piano qui boucle. On vous a cité deux exemples, mais la méthode est peu ou prou la même sur les 10 compositions. C’est un petit exploit, ou tout du moins une très jolie prouesse musicale, que le beatmaker réalise ici : chacune des tracks respectent bel et bien l’esprit de l’artiste évoqué. Reste que l’album nécessite plusieurs écoutes attentives pour être apprécié, et un bon bagage musical par rapport aux références de chaque composition. Mais en prenant le temps, Miles Away risque bien de vous enchanter et de vous surprendre. Nous, nous sommes sous le charme.

 
Madlib – Miles Away by Le Digitalophone on Grooveshark

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *