MI00035033266 ans après leur premier album (Out There), et nous ayant régalé par deux fois en back band de Mulatu Astatke (on vous en parlait ici et ), les Heliocentrics nous reviennent avec 13 Degrees Of Reality leur dernier album sorti fin avril.

Oubliez ici les beats d’afro-jazz ou les rythmes funk pur de Out There, les anglais s’essaient à quelque chose de plus dark, plus brut aussi : une rythmique jazz /rock légèrement psychédélique, une atmosphère dense et des sonorités ultra travaillées. La world musique n’est pas loin et les breaks hip hop ou funk se font sentir, laissant une large part au batteur (Malcolm Catto) et au bassiste (Jake Ferguson). On retrouve tout de même les autres membres du groupe : Jack Yglesias au kalimba, flûtes et guitare, Ollie Parfitt au piano et Tom Hodges à l’électro, le tout accompagné de plusieurs guests. L’atmosphère de l’album est extrêmement travaillé, et les différentes textures sonores sont du plus bel effet (distorsions de guitare, kalimba en reverbe sur Ethnicity, samples divers et variés…), reste qu’il faut être prêt à les accompagner dans ce voyage musical, pas forcément des plus abordable. Mais croyez nous, après quelques écoutes et la surprise passée, on est conquis et l’on se plaît à décortiquer chaque morceau et à disséquer toutes ces sonorités incroyables. Rassurez vous tout de même, la mélodie est toujours présente, il n’y a qu’à écouter la flûte d’Yglesias sur Collateral Damage, ou la guitare en guest de Mike Burnham sur Wrecking Ball. 13 Degrees Of Reality est peut être l’album le plus courageux des Heliocentics, et peut être aussi l’un des plus profond. Avis aux amateurs!

À noter que Jeff Jank, DA du label Stone Throw, a chargé Gaslamp Killer de faire un mix de ce nouvel album, et ça vaut le détour : vous pouvez l’écouter par ici!