DonaldByrd-ATrain-59DonaldByrdFeaturedAlbumAnnoncée par son neveu, nous avons appris la mort de Donald Byrd cette semaine, à l’age de 80 ans. Le trompettiste était pour beaucoup considéré comme l’un des meilleurs Hard Boppers post Clifford Brown. un sacré héritage.

Il a commencé, à la fois en tant que leader et sideman, à enregistrer beaucoup (souvent pour Blue Note) dans les années 50 et 60, ce qui lui permit de se faire une réputation et un son : clair, articulé et avec un penchant pour la mélodie. Il accompagna notamment John Coltrane, Sonny Rollins, Thelonious Monk et Herbie Hancock. À la fin des années 60, Byrd se fascine pour le jazz fusion que Miles Davis commence à explorer, et décide d’y creuser sa propre voie. Au début des années ’70, avec les frêres Larry et Fonce Mizell, Donald Byrd développa un style fusion flirtant avec un aspect commercial pour certains, mais servi par de très bons arrangements et un background soul. Il laissera certains réfractaires puristes de jazz sur la touche, qui n’y voyaient alors qu’une façon de vendre plus de disques, mais il produira pourtant durant cette période une musique incroyable et innovante, aux accents funk puis électrique. Il eut ainsi deux publiques : l’un fan de sa première période où il mit en place un cool jazz avec des restes de bebop, le deuxième admiratif de son jazz fusion qui sent bon le funk (on adore Black Byrd en 1973, l’une des plus grosse vente de disque de Blue Note).

Mais Byrd reste vivant : son influence dans la musique populaire ainsi que les nombreux samples effectués par des artistes hip-hop tels que Public Enemy, Nas ou encore Del Tha Funkee Homosapien gardent sa musique vivante. Et nous, pour l’occasion, on vous a fait une petite playlist de nos morceaux préférés de Donald Byrd (même si il a été difficile de faire un choix). On vous les a mis (presque) dans un ordre chronologique pour que vous entendiez la belle progression de sa musique : du bebop à la fusion.