2079750_richie-havensNous apprenons la triste nouvelle à l’instant : Richie Havens est mort ce lundi. L’une des stars de Woodstock s’est donc éteinte à l’âge de 72 ans, visiblement victime d’une crise cardiaque à son domicile. Richie Havens, dont la voix folk/soul pleine d’émotion avait marqué Woodstock mais aussi la plupart des grands festivals, avait arrêté les tournées il y a 3 ans de cela. Nous lui rendons hommage avec cette petite playlist, et nous en profitons pour vous parler brièvement de sa carrière.

Né à Brooklyn, le chanteur américain déménage dès 1961 à Greenwich Village où il tombe en plein essor de la Folk Music. Le style de Havens est tout de suite identifiable, et ce dès ses débuts de Folksinger : une voix au timbre magique et pleine d’émotion accompagnée par une guitare en open tuning. Il utilise d’ailleurs cette dernière essentiellement pour la rythmique, sa voix folk saupoudrée de soul faisant le reste. Il signe en premier lieu chez Douglas Records en 1965 chez qui il sortira deux albums. Il rejoint par la suite MGM Records qui forme alors un label spécial Folk : Verve Forecast. Il y éditera son troisième album : Mixed Bag, suivra Something Else Again un peu plus tard en 1968. Bien que les albums précédents aient été classés dans les charts américaines, c’est avec Something Else Again que Richie Havens réalise sa meilleur performance. Comme vous le savez sûrement, en 1969 le chanteur participe à Woodstock (il fera l’ouverture du festival, jouant pendant 2h30 pour remplacer les artistes bloqués sur les routes avec leur matériel) et il apparaît dans le film et l’album dédiés qui sortiront en 1970. Alarm Clock sort juste après : énorme album qui atteindra le Top 30 et dans lequel on trouve la reprise des Beatles Here Comes The Sun, single qui permettra au chanteur de se classer dans le top 20. Ce sera là le point culminant de la carrière de Havens d’un point de vue commercial. Commencent alors des tournées internationales, fort de sa réputation et tout auréolé de sa participation à Woodstock. Il arrêtera d’enregistrer à la fin des années ’70s, afin de se concentrer exclusivement au live : car c’est bien en concert que l’émotion et la magie de sa voix sont les plus palpables. Il ne ressortira un enregistrement qu’en 1987 : Simple Things, puis un album de reprises de Bob Dylan et des Beatles en 1987. Now, album de 1991 marque son passage chez Sony. Et comme un signe du destin, il a sorti l’année dernière son dernier album My Own Way sur le label de ses débuts : Douglas Records.

Il est peu courant que l’on vous parle de Folk sur Le Digitalophone. Mais nous souhaitions partager la triste nouvelle et rendre hommage comme nous pouvions à cet artiste incroyable au travers d’un post et d’une playlist. De plus la musique de Richie Evans ne saurait être réduite aux classifications. Car c’est une Folk hybride que nous sert le chanteur, au carrefour de la soul et de la pop; une musique qui n’a pas peur de se nourrir de d’influences diverses et variées. Et ça, ça ne peut que nous parler. RIP Mister Havens.