Vous connaissez Paul Jackson ? Non ? Ok, mais vous l’avez déjà entendu, c’est certain.

Les lignes de basse des légendaires Chameleon et Watermelon Man de Herbie Hancock sur l’album Head Hunters, c’est lui. Celles de Actual Proof et Spank-A-Lee sur Thrusts, c’est lui. Et aussi celles de Doin it et Gentle Thoughts sur Secrets quelques années plus tard, c’est lui. Et toutes les autres qu’on ne prends pas le temps de citer.

Vous l’aurez compris, dans les années 70, il était partout où ça groovait. Sa collaboration avec Herbie Hancock dans le groupe Headhunters a fait de lui un incontournable de la scène funk et jazz de l’époque. Mais ça ne s’arrête pas là, le bassiste a aussi eu une carrière solo riche de 5 albums (dont 3 depuis 2001).

Black Octopus est son petit premier, paru en 1979. Le funk est peut-être un peu plus “conventionnel” (peut-on vraiment dire ça… ?) et moins bidouillé que celui des albums auxquels il a contribué avec les Head Hunters, mais pas moins efficace. Nous on aime !