Otis Taylor – My World Is Gone

Bd2-Otis-Tailor08_CD_Otis-TaylorJoueur de guitare, mandoline ou banjo, le bluesman Otis Taylor a sorti la semaine dernière son treizième album : My World Is Gone. Débriefing.

Avec sa voix grave, Otis est un chanteur atypique dans le monde du blues. Auteur de ce qu’il appelle le « trance blues », sa musique puise dans les racines du blues et le métamorphose en fonction de ses envies.
Souvent conteur, Otis Taylor nous parle dans ce nouvel album de l’histoire Américaine, et plus particulièrement du traitement infligé aux indiens d’Amériques par le gouvernement et la population. Il s’attarde plus particulièrement sur la tribu Nakota, dont fait parti Mato Kenji, le guitariste d’Indigenous invité pour l’occasion. On le retrouvera d’ailleurs tout au long des compos. Sur le titre d’ouverture donnant son nom à l’album, Otis commence seul à la guitare acoustique avant d’être rejoint par la guitare électrique de Nanji. Par la suite, Otis délaisse quelque peu sa guitare pour le banjo, son premier instrument, qui donne un son nouveau à sa musique. Mais les pères du blues ne sont pas loins, comme John Lee Hooker à qui l’on pense sur « The Wind Comes In ». Toujours Blues, Otis Taylor tel un caméléon arrive à évoquer le jazz ou le rock parfois. Un très bel album donc, dont on vous passe trois morceaux qui en sont extraits. En prime, on vous joint un live de « Blue Rain in Africa » autre track issue de l’album, qui ne fait que confirmer que le bluesman est un monstre de scène.

Otis Taylor – My World is Gone by Le Digitalophone on Grooveshark

1 Comment

  1. Yazid Manou février 20, 2013 at 3:02

    Greeeeeaaaaat !!

    Reply

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *