ninonardiniAttention, pépite. L’album dont on s’apprête à vous parler est sans doute l’un de nos préférés. De ceux que l’on se repasse lorsque l’on n’a rien de neuf à écouter. Sorti en 1971, Jungle Obssession fait parti des ces disques rares et précieux, emprunts d’une personnalité incroyable, qui nous flatte l’oreille dès la première écoute. Nous devons ce voyage musical à Nino Nardini (1912-1994) et Roger Roger (1911-1995), deux chefs d’orchestre français maîtres de la musique dite “d’illustration” : des morceaux commandés par des sociétés de bruitages ou de sons professionnels, destinés à être utilisés pour créer des ambiances sonores dans des films ou des séries par exemple. Ce sont en quelques sorte des collègues de Martin Denny, Les Baxter, ou encore Dick Hyman. On comprend vite le thème de la commande sur Jungle Obssession : de la musique exotique, chaleureuse mais qui est cohérente d’un morceau à l’autre. On est quelque part entre un afro-jazz transpirant et un latin-funk sauvage. S’affranchissant des modes et des courants musicaux dominants de l’époque, ils fusionnent les genres et osent des mélanges inédits avec un succès évident. C’est presque l’invention d’un pop exotique : sophistiquée, sensuelle et techniquement innovante. Pour ceux qui aiment les sons ’70s, cet album est une nécessité. Les collectionneurs ne s’y sont pas trompés : la côte du vinyle originale est montée en flèche depuis quelques années. Si vous veniez à le trouver sur une brocante, jetez vous dessus immédiatement : c’est de l’or en barre. En attendant, on vous met une playlist youtube de ce chef d’œuvre, car même sur les sites de musique streaming, l’album se fait rare.