Je pense que les puristes de jazz en voyant cet album n’y accorderont que peu d’importance. Et on peut les comprendre tant les tentatives de jazz / reggae jamaïcain n’ont que peu marqué l’histoire. Mais quand on a Monty Alexander aux claviers, et les pères du reggae que sont Sly Dunbar (batterie) et Robbie Shakespeare (basse), on se doit de tendre l’oreille. D’abord parce que Monty, bien que jamaïcain de naissance, est un pur pianiste de jazz possédant un sens du groove à faire se trémousser un cul de jatte, et deuxièmement parce que Sly and Robbie se sont depuis quelques années émancipés de leurs rythmiques reggae, ce qui permet à l’album une variété de rythmes intéressante. Dans toutes ces très bonnes reprises de standards de jazz, on notera la chanson qui clôture l’album : Hot Milk, du claviériste Jackie Mittoo.