Le Digitalophone a assisté hier soir à la belle prestation du Mohamed Abozekry Quintet au Café de la
Danse. Le jeune oudiste a présenté son nouvel album (Ring Road), aux sonorités brillantes et
melting pot.

Cet égyptien de 23 ans, arrivé en France il y a quelques temps est déjà un maître du luth à 12 cordes. Il a d’ailleurs démontré ce jeudi soir qu’il n’avait pas de compte à rendre ni à un métronome agité, ni aux maîtres des maqam arabes (c’est à dire une musique utilisant non pas des gammes mais des modes ; la finesse de cet art étant basée sur la subtilité de l’enchaînement entre ces modes). C’est notamment pendant ces évocations plus traditionnelles que le oudiste nous a conquis.

En quintet, avec le Heejaz Extended, les sonorités sont plus voyageuses, et ce n’est pas la fougue qui manque. On peut facilement se retrouver durant le show sur une clave de salsa alors que l’on abordait tranquillement de la folk deux minutes avant, le tout agrémenté de beaucoup de virtuosité.
Si vous aimez le rythme et les mélanges, ou si vous préférez comme nous le son d’un oud arabe qui téléporte dans un autre temps.. eh bien dans tous les cas vous aimerez Mohamed Abozekry car ce jeune musicien sait faire beaucoup de choses.

Une plaisante découverte que nous suivrons de près au Digitalophone.

conert_mohamed_abozekry– Ce jeudi 12 mars 2015, au Café de la Danse –

Harmonia Mundi | Mohamed Abozekry [oud],  Ludovic Yapoudjian [p], Benoît Baud [as], Hugo Reydet [b], Anne-Laure Bourget [perc].