debiasio4095 copies1369_no_deal_0Alors que s’apprête à sortir le deuxième album de Mélanie De Biasio No Deal (le 21 octobre), on en profite pour déjà partager avec vous le concentré de douceur qui émane des 7 nouveaux titres de la chanteuse.

Originaire de Charleroi, la belge est à bien des égards une grande voix du jazz qui a été encensée pour son premier album A Stomach Is Burning. Et pourtant il est difficile de ne la réduire qu’à cela. Citant comme référence Nina Simone ou Abbey Lincoln, Mélanie De Biasio a la particularité d’avoir une voix évoquant aussi bien le blues ou la soul que le jazz. C’est la somme de tous ces genres qui rend ses albums à part. Et No Deal ne fait pas exception à la règle. Dans une ambiance feutrée, la chanteuse installe une atmosphère planante et épurée. À l’écoute, on prend le temps de se plonger dans son univers, dans lequel on sent que la musique a quelque chose à nous raconter. Tout en finesse, les textures et la spatialité de son son est incroyable, et le quatuor évoque parfois les sonorités d’un Miles Davis. Le disque est comme un clair obscur d’une peinture flammande, parfois tout en retenue et pourtant toujours éclatant. Les contrastes sont admirablement maîtrisés, ce qui nous réserve quelques belles émotions musicales.

Composées avec Pascal Paulus, les septs compositions de No Deal sont telles des pièces d’orfèvrerie musicales, tout y est pesé et pensé à la croche près. Enregistrées en 3 jours de studio, Mélanie De Biasio a ensuite amené à maturation pendant deux ans ces nouvelles compositions avant d’enfin nous dévoiler cet album fabuleux. Accompagnée de Pascal Paulus aux claviers, Pascal Mohy au piano et Dre Pallemaerts à la batterie, on sent que la flutiste de formation a maîtrisé de bout en bout son album. Elle réussit à amener à nos oreilles un disque qui bien que complexe dans ses textures ou sa spatialité, reste en intégralité abordable. On reste bouche bée et les oreilles grandes ouvertes devant une voix aussi sombre que sensuelle, que vient parfois suppléer quelques phrasés de flûte.

Vous l’aurez compris, on est resté béat devant ces septs compositions. Un disque solaire et pourtant sombre, planant et spatial, qui ravira à la fois les amateurs de voix jazz, soul ou blues. S’il y a un disque sur lequel on va craquer la semaine prochaine, c’est assurément celui là. Ne faites pas plus attendre vos oreilles : écoutez l’album disponible juste en dessous. Vous ne le regretterez pas.

Mélanie De Biasio by Le Digitalophone on Grooveshark