McCombBrassLand

Il y aura du nouveau dans la discographie de Liz McComb début novembre. On connait les talents et la pluridisciplinarité de la chanteuse et pianiste : à commencer par le gospel mais aussi le jazz, la soul, le blues… tout l’éventail de la musique noire américaine est déjà passé entre ses mains. Pourtant, ce nouvel album dont la sortie est prévue pour le 12 novembre fait preuve d’une réelle nouveauté dans l’univers musical de la diva. Pour la première fois en un peu plus de deux décennies de carrière, la chanteuse a accepté d’enregistrer accompagnée de plusieurs sections cuivres bien fournies. Après avoir longtemps mis de côté cette option, et pour cause : « I’m a horn » disait-elle, l’album a finalement vu le jour et s’est en toute logique intitulé BrassLand.

Le disque est avant tout un disque de chansons. Pour ceux qui aiment la quantité, pas moins de 20 titres vous attendent. Très peu de compositions originales mais beaucoup de “covers”, si l’on peut se permettre d’appeler cela ainsi quand il s’agit d’immenses standards Negro-Spiritual comme Wade In The Water, Go Down Moses ou encore Joshua Fit The Battle Of Jericho qui sont ici interprétés par la voix rageuse et inspirée de Liz McComb, renforcée par des cuivres diablement dynamisants parfois, saisissants sinon.

Et pour illustrer le brassage des styles qu’elle aime tant, By The Rivers Of Babylon, trop connu pour l’interprétation disco que Boney M en a donné, retrouve ici ses couleurs d’origines rastafari. Give It Up profite également d’une guitare à contre temps très reggae.

Un album cuivré ? Oui, mais pas que. Les brass bands qui accompagnent McComb savent oeuvrer dans la discrétion comme sur I Need You qui ouvre le disque. Une superbe ballade dont la lenteur syncopée fait la belle part au Rhodes et à la basse avant un chorus de guitare largement saturée. Sinner Please profite d’un orgue Hammond très jazzy en première ligne.

En somme il s’agit là d’un super retour aux sources de la musique Noire Américaine d’un peu plus d’une heure vingt où, bien que l’omniprésence des brass bands justifie le titre de l’album et le colore, la musique de Liz McComb est exactement ce qu’elle a toujours chanté avec brio : le gospel, le jazz, la soul et le blues. Encore une réussite.

A noter qu’un Live in Corbeil Jazz Festival complétera cette nouveauté discographique.