Du 11 mars au 24 août 2014, la Cité de la Musique met en lumière la musique Noire dans une exposition événement : Great Black Music
.

Le terme Black Music fait plus facilement référence à des personnalités comme Marvin Gaye, Aretha Franklin ou James Brown, des artistes américains dont la musique semble plus s’est construite avec l’affirmation de l’identité Noire américaine qu’autour de la musique traditionnelle africaine. D’autres, comme Fela Kuti montrent avec plus d’évidence l’identité commune des musiques noires africaine et américaine. Great Black Music entend rassembler les fragments clefs de l’histoire de ces musiques et mettre en lumière leurs innombrables connexions.

Un appareil et un casque vous serons remis à l’entrée de l’exposition. Ils vous permettront, au fil de la visite, d’écouter les dizaines de bandes sons associés aux films et panneaux qui jalonnent le parcours : extraits musicaux, écoute d’instruments traditionnels, explications, etc. Pour ne pas en perdre une goutte, le résumé de tous les extraits musicaux écoutés vous sera envoyé par mail à la fin de la visite ! L’exposition s’articule en majorité autour d’un contenu audiovisuel à l’ampleur impressionnante (à moins d’y passer deux jours, vous ne pourrez pas tout visionner…). Outre cela, quelques instruments traditionnels (certains peuvent être utilisés) et des cabines de danse ! Bref, l’expo est ludique et complète !

A l’occasion de cette exposition unique, la Cité de la Musique propose de nombreuses projections, rencontres avec des artistes et trois concerts événement :

Ensemble Basokin

(Kinshasa – République démocratique du Congo)
le mardi 15 avril, 20h – salle des concerts

« La musique de Basokin fait partie d’un courant désigné au Congo par le terme de “tradi-moderne”, illustré par des compilations comme la série des Congotronics. Pour poursuivre leur activité sociale dans un contexte urbain nouveau – ils jouent lors de mariages, de funérailles, de rassemblements en tout genre –, les musiciens traditionnels ont dû électrifier leurs instruments, provoquant ainsi un changement marqué dans leur sonorité. »

Réservations

New Africa Shrine avec Femi Kuti et ses invités

(Lagos – Nigeria)
le jeudi 17 avril, 20h – salle des concerts


« Shrine (« sanctuaire » en anglais), c’était le nom du club fondé au début des années 1970 à Lagos par Fela Kuti, qui s’y produisait avec ses musiciens. En 1974, le Shrine fut transféré dans un autre quartier de l’ancienne capitale du Nigeria et rebaptisé African Shrine[…]. En 2000, Femi Kuti, le fils de Fela, reconstruit le Shrine dans le même quartier, pour continuer d’y faire vivre la tradition de l’afrobeat initiée par son père, tout en accueillant les nouvelles tendances de la fuji music […]. Il a conçu cette soirée exceptionnelle en réunissant autour de lui différents artistes qu’il affectionne tout particulièrement. »

Réservations

Baba Commandant / Debademba / Victor Démé

(Ouagadougou – Burkina Faso)
le mercredi 23 avril, 20h – salle des concerts

« Baba Commandant est un personnage atypique mais respecté de la scène Burkinabé. Sorte de punk en fasodanfani, militant pour la musique traditionnelle mandingue, Il scande ses refrains afrobeat. […] »

« Debademba (« la grande famille ») est un duo formé par le chanteur ivoirien Mohamed Diaby et le guitariste-compositeur burkinabé Abdoulaye Traoré, qui se sont rencontrés en 2002 dans des bars parisiens comme l’Olympic Café ou le Kafé bleu. […] »

« Fils d’une griotte mandingue, Victor Démé est né en 1962 à Bobo-Dioulasso, la seconde ville du pays […] Figure populaire, il doit toutefois attendre ses quarante-six ans pour enregistrer un premier album, Victor Démé (élu « disque de l’année » par les auditeurs de France Inter en 2009) dont les romances mandingues intimistes, volontiers teintées de blues ou de salsa, font bientôt le tour du monde. »

Réservations