3830044896_3149579ff9Trouvé aux abords d’une décharge, la BO du film érotico-hippie Le Mariage Collectif (1971) refait surface, alors que nous n’en connaissions que le 45 tours Sexopolis, qui était devenu un symbole du groove à la française. Grâce à Born Bad qui édite cette BO d’anthologie, on en connaît désormais un peu plus son auteur : Jean-Pierre Mirouze.

Aujourd’hui âgé de 74 ans, l’homme aura eu une carrière bien remplie. D’abord membre de ce que l’on appelle l’école de Nice aux côtés d’Yves Klein et Arman, ce fils de chef d’orchestre finit par débarquer à Paris pour rejoindre le groupe de recherches musicales de l’ORTF où se développe la musique concrète. Il y assiste Pierre Henry et vagabonde au Maghreb et en Afrique avec le cinéaste Jean Rouch, en s’intéressant au rapport entre la musique et l’image. Il travaille également à la télévision et participe aux premières illustrations sonores. Il sera par la suite directeur artistique de l’émission Dim’ Dam’ Dom’ jusqu’en 1970où il rencontrera Hervé Lamarre qui l’embarque pour l’aventure du Mariage Collectif.

Bien que le film n’ait que peu d’intérêt et se contente de surfer sur la vague des Hippies et de la libération sexuelle, la BO est quant à elle plus qu’intéressante. Nous connaissions donc le 45 tours Sexopolis : son envolée de clavier funky et ses basses énormes, et le reste de l’album est du même acabit. On y trouve des mélodies incroyables (Tivoli Garden), du romantisme (Together), des essais jazz (Ulla et Georgie) et surtout un groove imperturbable de bout en bout. Les amateurs de funk ne doivent réellement pas passer à côté de cette BO incroyable, et pour se la procurer, un petit tour par Digger’s Digest suffira!