Chaleur, vibrations, éclectisme et bien être… des mots bien incongrus pour désigner cette période de rentrée ! C’est pourtant le qualificatif propice pour raconter cette soirée de Jazz à la Villette. La scène sous la grande halle a accueilli en première partie Tony Allen, batteur super star nigérian puis le projet réunissant Robert Glasper et Yasiin Bey.

 

p01bqlrj

 

Le début de soirée s’est révélé conforme au cahier des charges : à savoir du bon afrobeat, débridé à la sauce Tony Allen, avec ses moments un peu psychédéliques… La transe a vite gagné tout le monde, le public, l’ingénieur lumière et évidemment les musiciens. Musiciens qui ont eu l’intelligences de ne pas tomber dans les pièges de solo interminables (incroyable bassiste au passage : César Anot). Tony Allen est resté dans cette esthétique, préférant la finesse dans ses placements plutôt que la démonstration exhaustive.
Niveau son en revanche, nous n’étions pas dans la dentelle. Bien qu’en tendant une oreille de bonne volonté, tout ce qui se passait en dessous de 500Hz (soit toute la section rythmique) était bien peu intelligible… Vraiment dommage !

Ci dessous Boat Journey, extrait de l’album du nigerian-afrobeat-star Tony Allen, produit par les gars (français) de Jazzbastards.

 

C’est le quartet de Robert Glasper Experiment qui a ensuite introduit le deuxième temps de la soirée, avant d’être rejoint par Yasiin Bey.

Si on peut ne pas être totalement convaincu par ses essais en trio traditionnel piano basse batterie (qui pêchent plus par l’idée que par la technique) le jazz de Robert Glasper trouvera par contre ici toute sa place : celle d’un coleader et producteur dont la connaissance du langage musical sublime ses partenariats avec divers et diverses artistes (Alicia Keys, Erykah Badu, etc).
Son travail avec Yasiin Bey (alias Dante Terrell Smith… mais surtout alias Mos Def) n’échappe pas à cette règle, le répertoire varié du rappeur se prêtant à merveille pour des reprises avec de belles notes altérées. La section rythmique était excellente, avec Chris Dave, l’homme qui sait imiter les roulements de trap music avec juste une batterie, et Casey Benjamin qui est encore capable de vous faire apprécier le vocoder, soit une grande qualité en ces temps-ci. Une fois que la machine Glasper+Bey tournait, la belle vivacité de cette jeunesse faisait tout le reste…

 

Together-2014-Mos-Def
Un exemple de la musique de MosDef, Auditorium, secondé dans la version studio par slick rick (rappeur du vieux de la vieille). Classic track !

Cliché de la scène avec respectivement, de gauche à droite : Rob G, Yasiin Bey, Derrick Hodge (basse), Casey Benjamin (sax., Vocoder) et Chris « Daddy » Dave (bat.).

IMAG1711