Imperial Tiger Orchestra – Wax

a4266014871_2Croyez nous, le renouveau de la musique Éthiopienne pourrait bel et bien venir de suisse! L’Imperial Tiger Orchestra confirme en effet tout le bien que nous avions pensé de leur premier album (Mercato) avec cette troisième galette Wax, sortie ce mois-ci. Tout droit sorti de Genève et formé en 2007 par Raphael Anker (trompette) qui souhaitait réunir plusieurs musiciens pour une expérience live autour de la musique Éthiopienne, le groupe continua finalement sur sa lancée en commençant à enregistrer. Et nous en sommes bien heureux! Car ce troisième album ravira tous les amateur de Mulatu Astatke, Tlaloun Gessesse ou Mahmoud Ahmed.

Les 6 musiciens balancent un groove où l’on retrouve bien évidemment les cuivres et les percussions, mais où des incursions de claviers (plus rare dans ce genre de musique) trouvent aussi une place de choix. Terriblement entraînants, les titres nous emportent dans une Afrique réinterprétée. Au fil de l’album, le groupe nous présente d’ailleurs plusieurs danses issues des diverses régions d’Éthiopies. Sur leur site, l’Imperial Tiger Orchestra nous explique d’ailleurs comment nous trémousser sur les différentes tracks. Citons par exemple le Gouragigna que l’on peut danser sur la track Lelele : pied en avant, pied en arrière puis saut en avant avec pied devant, pied en arrière. À vous de jouer.

Après avoir sévi live en Éthiopie par l’intermédiaire du producteur des très bonnes compiles Les Ethiopiques Francis Falcelto, on sent que les Imperial Tiger Orchestra se sont réappropriés toutes ces sonorités Africaines incroyables. En résulte un funk tropical addicitif, que tout amateur d’afrobeat ou d’éthio-jazz se doit d’écouter de près!

 

1 Comment

  1. Pingback: Funky Mama – l’afro-funk à l’italienne dans un EP | le Digitalophone

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *