G’s Way – Patchwork (2014)

coup-de-cœur
C’était il y deux ans, une de nos premières découvertes partagées sur le Digitalophone, G’s Way et son premier album Seventy Seven dont les grooves avaient emporté notre enthousiasme.

Gérald GG Bonnegrace revient sur le devant de la scène avec un nouvel album paru le 8 octobre dernier, Patchwork. Et puisqu’on ne change pas une recette qui marche, c’est avec les mêmes clefs de la réussite que le compositeur, arrangeur et multi-instrumentiste a construit ce nouvel opus : un langage musical qui embrasse beaucoup de genres. Once Upon A Time ouvre superbement l’album : une pièce instrumentale tranquillement groovy où le thème simple et efficace à la trompette repose sur une section rythmique accrocheuse : wah wah, rhodes, basse catchy. Bref, le ton est donné.

Cet album qui mixe des codes issus d’influences ouvertes a tout pour plaire et s’intègre parfaitement dans le paysage musical très contemporain de ces artistes qui remettent le jazz au fondement des musiques actuelles. Car certes, si ce n’est pas de jazz qu’on qualifierait de prime abord Patchwork, la construction des morceaux, les instrus, l’importance données aux parties improvisées et la porosité aux styles transversaux peuvent très légitimement se réclamer du jazz.

Funk, hip-hop, rap, afrobeat, smooth jazz, acid-jazz, tout cela tient dans la nouvelle galette de G’s Way qui pour l’occasion n’a pas hésité à multiplier les featuring (quasi autant que de titres), peut-être la clef de l’aboutissement de cet album multigenre. En tout cas, les convictions de G’s Way sont claires : la musique comme langage fédérateur, pleine de vie et de couleurs. Le nom de l’album, assez explicite, témoigne de toute l’ambition de cet album réussit.

L’album est disponible depuis le 8 octobre aux formats numériques et en double vinyle pour profiter de sa superbe pochette en 30 x 30.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *