Ce dimanche, grâce au coup de génie du label Born Bad Records et à leur anthologie “African Electronic Music 1975-1982”, on redécouvre avec plaisir Francis Bébey. D’abord journaliste radio, le camerounais se fait connaître dans la musique avec son premier album Idiba (1974) et avec ses chansons humoristiques comme AgathaLa condition masculineDivorce pygméeCousin AssiniSi les Gaulois avaient su; qui lui valent de gagner le prix sacem de la chanson française en 1977. Mais ce qui nous intéresse chez lui, c’est la suite de sa carrière et ses expérimentations électronique, le mélange qu’il fit d’instruments traditionnels africains à des sons plus “bricolés”, à base de fabrication de boîtes à rythmes et de juxtaposition de bandes enregistrées. Il posait là les jalons d’un style électronique allié à des paroles ludiques. Francis Bébey constitue une vraie curiosité rafraîchissante, un “géo Trouve-tout” africain de génie, figure centrale de la musique camerounaise. On espère que ce 45 tour, notre préféré, vous donne envie de vous pencher de plus près sur la discographie de cet artiste