Eric Dolphy – Out to Lunch! (1964)

classique

Out to Lunch! est le tout premier album du multi-intrumentiste et novateur Eric Dolphy pour le label Blue Note. L’erreur de croire que non peut être facilement commise : Out to Lunch, enregistré en 1964, est paru cette même année mais Blue Note a fait paraître de manière posthume plusieurs enregistrement de Dolphy réalisés avant 1964.

Out to Lunch! est malheureusement aussi le dernier album de Dolphy qui décède l’année même de l’enregistrement. De fait, sa collaboration avec ce label mythique s’achève, laissant un goût de trop peu, car cet album constitue une pièce majeure dans l’histoire de Blue Note.

En regardant la pochette, la formation fait frémir : Freddie Hubbard à la trompette, Richard Davis à la contrebasse, Bobby Hutcherson au vibraphone et Tony Williams à la batterie. Si c’est la première fois que tous se retrouvent pour un enregistrement, beaucoup ont déjà contribué et/ou jouer avec Dolphy. Davis était le contrebassiste d’une formation emmenée par Dolphy du temps de sa collaboration avec Booker Little, Hubbard s’est offert Dolphy comme sideman sur son The Body and the Soul et a occupé ce poste pour un précédent album du saxophoniste, Hutcherson jouait avec Dolphy sur les scènes de Los Angeles à leurs débuts. Bref, Tony Williams, seulement 18 ans, est donc le « petit nouveau » de la bande. Les guillemets sont nécessaires : déjà deux enregistrements Blue Note à son actif et de belles collaborations.

Notez qu’il ne s’agit que de compositions originales de Dolphy, pas de reprises ou de standards, ce qui était alors assez rare. Aussi, Dolphy est crédité au sax, à la flûte et à la clarinette basse, marqueurs d’une envie de rompre avec une esthétique traditionnelle.

Si ce jazz peut-être facilement qualifié de free jazz, Dolphy lui-même en refusait l’étiquette et qualifie son son de « tonal ». Il n’en reste pas moins que sa quête de libertés sur les plans structurel et harmonique font de cet album une emblème du jazz avant-garde : grilles complexes, métriques impaires… Et si cette musique parait à la première écoute trop intellectuelle, on y découvre une chaleur, une effervescence créative et un dynamisme passionnants dès les suivantes. Ne vous laissez pas impressionner, écoutez !

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *