Ephemerals – Nothing Is Easy (2013)

« S’il fallait encore prouver que la soul se porte très bien, nous pourrions facilement nous servir de Sometime Too Much Ain’t Enought comme preuve de la vitalité de ce genre musical » disions-nous il y a quelques jours pour introduire le dernier album des Excitements. Pour enfoncer le clou, voici la nouveauté discographique d’Ephemerals, un album intitulé Nothing Is Easy, également dans une pure veine soul.

Projet collaboratif, Ephemerals rassemble des musiciens issus de Kalakuta Milionaires, Keke Mokoro ou encore du génial Gene Dudley Group (que nous évoquions dans cet article il y a quelques mois), guidés par la voix de Wolfgang Valbrun.

Tout commence quand Nicolas Hillman Mondegreen, producteur et membre de Hannah Williams & The Tastemakers repère Wolfgang Valbrun alors chanteur de Marvelous. Mondegreen, en quête de nouveaux horizons, reconnait en Valbrun la voix qui lui permettra d’emmener son prochain album soul au sommet. Il recrute alors quelques un de ses précédents collaborateurs pour ce nouveau projet. Plus tard, en quelques jours d’enregistrement, un album voit le jour, Nothing Is Easy (sur lequel on note la présence d’Hannah Williams pour certains backing vocals).

A n’en pas douter, Mondegreen connait les recettes des morceaux soul : primauté de la voix, riffs de soufflants bien sentis, nappes de claviers de caractère, temps 3 et 4 marqués à la guitare, etc. Qu’il s’agisse de ballades comme I’m Your Man ou Love Guaranteed ou des titres plus dynamiques Call It What You Want et You Made Us Change, la soul d’Ephemerals est majoritairement en retenue et de fait marquée par un caractère très intimiste. Le contraste est d’autant plus saisissant quand sur I’m You Man Valbrun hausse le ton pour faire entendre ce timbre vocal on ne peut plus soul. De même quand l’orgue Hammond s’offre quelques instants de grâce sur The Oligarch. Life Is Good qui clôture l’album a cependant gagné notre préférence. Pas tant par son titre très positif que par sa construction crescendo allant du groove intimiste à la bataille backing vocals/soufflants qui prouve encore que la soul sait marrier sensibilité et énergie.

Chant : Wolfgang Valbrun, trompette : Damian Mclean, saxophone : Charlotte Ostafew, claviers : James Graham, guitare : Hillman Mondegreen, basse : Rob Jones, batterie : Jimi Needles.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *