Clothilde – Queen of The French Swinging Mademoiselle

Clothilde-cover-Believe-310x310Attention, petit ovni! Voici une réédition de Born Bad Records qui ne nous a pas laissé indifférent! Clothilde est en effet certainement l’une des French mademoiselles les plus atypiques qui soit! Que se soit au niveau des paroles, de la musique ou de la production, tout n’est ici que fausse naïveté et vrai burlesque.

Avec seulement deux EPs au compteur, la carrière de Clothilde née Élisabeth Beauvais fut courte mais efficace! Dans le pur style YéYé ou Swingin’ Mademoiselle, toutes ses compositions sont des petits bijoux d’humour noir et de double-sens. Le décalage est d’autant plus intéressant que la demoiselle chante naïvement des paroles réellement subversives. Personnage imaginé par Germinal Tenas, directeur artistique majeur des disques Vogue, Clothilde peut être vu comme une sorte de caricature des chanteuses de son époque telles Françoise Hardy ou France Gall. Toutes ses chansons sont écrites avec Jean-Marie Di Maria et le sus-nommé Germinal Tenas. Autant de petits chef-d’œuvres qui aux dires de ce dernier, avaient pour but de se rapprocher de l’humour du journal Hara-Kiri.

“À l’époque, il y avait un célèbre magazine satirique appelé “Hara-kiri” (un journal culte et irrévérentieux ayant vu le jour dans les années 60) duquel j’étais fan. Alors… comme j’aimais ce sens de l’humour noir et décalé, je voulais produire une fille semi-détachée qui chanterait dans ce style, pas le genre usuel sucré des Pop songs. Je voulais l’anti-yéyé, une anti Françoise Hardy, quelqu’un qui serait presque provocant et je voulais surtout trouver une fille qui aurait une voix douce et jolie qui dirait en même temps des choses horribles dans un genre détaché…” Germinal TENAS

Mais plus que d’être dans le seul décalage, les arrangements sont réellement originaux et inattendus. On peut ainsi entendre au détour d’un jeu de mot du cor de chasse, de la scie musicale, des sons de cloche, de l’orgue de barbarie, du marimba, des violons et cuivres, des instruments à vent et des guitares Fuzz. Mais l’ensemble se tient et renforce encore un peu plus le contraste entre la naïveté déguisée du chant de Clothilde et l’humour noir des textes. Quel dommage que la jeune chanteuse se soit arrêtée si prématurément (elle explique ses raisons dans un très bon interview sur le site de Born Bad Records), car la compilation permet d’apercevoir un univers riche et amusant que l’on aurait aimé entendre davantage. En attendant, ce superbe LP est à déguster bien tranquillement : tendez l’oreille, le double sens n’est jamais loin.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *