Bibi Tanga – Now (& playlist)

Bibi-Tanga-Now

Voici qu’est paru il y a quelques jours le nouvel album de Bibi Tanga : Now. Le bassiste chanteur y délaisse les Sélénites et le célèbre Professeur inlassable (à part le guitariste Rico Adiko Kerridge) pour se recentrer sur sa propre musique. Et avec l’actualité en Centrafrique, cette sortie a une saveur toute particulière pour le musicien natif de Bangui.

« Avec ce nouvel album j’ai voulu un son anglais, marqué par la basse » Bibi Tanga sur le Blog du festival Au Fil Des Voix.

Bien que les ingrédients et l’ADN de sa musique restent les mêmes, Bibi Tanga semble affirmer de plus en plus ses influences : la musique africaine, le funk ou encore la soul. Avec le morceau d’ouverture Calling, le bassiste revient par exemple aux origines : le reggae. Ce n’est toutefois que le début d’un périple musical de 14 titres (17 en version digitale) qui nous fera entendre un panel d’influences très différentes. On trouve même en invités les HornDogz pour assurer la section cuivre. C’est donc à la fois un album très varié que propose ici Bibi Tanga, mais aussi très personnel. L’introduction de Ngombe avec ses bruits de mitrailleuses et ses notes d’orgues nous plonge directement dans l’angoisse du bassiste pour sa famille en Centrafrique, prolongé par la suite par un groove Afrobeat pesant. Placé au milieu de l’album, Ngombe est sans doute l’une des compositions les plus marquante de Now. D’autres morceaux comme So High et son funk acéré sont eux bien plus joyeux. Mais quel que soit le contexte ou le style musical, le bassiste-chanteur est d’une élégance incroyable aidé par sa voix de velours. Sly Stone et Curtis Mayfield ne sont jamais bien loin. La classe de sa voix se confirme d’ailleurs dans la très belle reprise de Who’s Gonna Be Your Man de Ella Jenkins, où Bibi Tanga aidé de percussions et d’une guitare sèche nous sert un très joli blues.

Now est donc un album à la fois personnel et varié. Bibi Tanga nous montre toute l’étendu des ses talents, mais aussi de ses influences, le tout avec une grande classe. Ce qui est sans doute le plus impressionnant dans ce nouvel album, c’est l’ancrage de cultures aussi diverses que l’afro, la soul, le jazz ou encore le funk, dans un écrin très actuel. On a ici un album que tout amateur d’Afro-funk ne peut pas éviter.

En bonus, en plus du lecteur streaming de l’album, Bibi Tanga lui même nous a concocté une playlist nous présentant ses goûts et ses influences. On vous joint la tracklist accompagnée d’une petite phrase du bassiste nous expliquant chaque choix. Bonne écoute!

-« Catch fire » Bob Marley  (Bob avait l’Afrique à la place du coeur)
 -« Donna lee » (version Jaco Pastorius)  (Quel grooveur ce Jaco)
-« Simply beautiful » A.Green  (Ce morceau m’a définitivement convaincu de continuer de faire de la musique)
 -« Baby here i come » J.Brown  (On comprend l’importance de la danse pour James)
-« Massu » TP Ok Jazz  (Elle me rappelle mon frère Marcel disparu hélas trop tôt)
-« All that i am » Bilal  (Bilal le cab calloway des temps modernes)
-« Playa playa » D’Angelo  (Pour la bass de Pino paladino)
-« Atomic dog » George Clinton  (Tout funkadelic résumé)
-« Sexual healing » Marvin Gaye  (La voix unique de Marvin, grosse perte…..)
-« Belly button window » Jimi Hendrix  (Passée sa virtuosité on comprend que jimi etait un énorme songwriter)
-« Before i let go » Maze  (La voix unique de frankie beverly. Et ça me rappelle le 93 a la belle epoque)
-« Naïma « J.Coltrane  (La mélodie suprême)
-« this must be the place » talking heads  (Quel gentleman ce David Byrne)
 -« close to me » the Cure  (J’adore la façon de chanter de Robert Smith)
-« Sorrow tears and blood » Fela Anikulapo Kuti  Sans Commentaires….;))

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *