Aretha Franklin – One Step Ahead/I Can’t Wait Until My Baby’s Back (1965)

aretha singingLes 20 premières années de la carrière d’Aretha Franklin peuvent se diviser en deux grandes périodes : ses débuts chez Columbia, où elle obtient des succès mitigés, puis sa signature en 1967 sur le label Atlantic des frères Ertegun, qui vont la couver et en faire LA plus grande star féminine de la soul, et la superstar black par excellence.

Le single dont nous allons parler aujourd’hui fait partie de la première période, et Aretha n’est donc pas encore une immense star. Elle est néanmoins incroyablement productive dès ses débuts en 1961 et en 1965 elle a déjà sorti pas moins de 7 albums, sans grand succès néanmoins. Jusqu’en 1963 elle est baladée de producteur en producteur, et la stabilité n’intervient que lorsqu’elle commence à travailler avec Clyde Otis, ancien producteur de la grande Dinah Washington, sur son album en hommage à celle-ci en 1963. Dès lors Aretha va sortir quelques vraies pépites, dont « One Step Ahead », l’un de mes morceaux préférés. Ce titre, qui ne figure sur aucun album, s’inscrit cependant clairement dans la lignée de ses précédents enregistrements avec Otis. Ecrit en 1964 par le duo Eddie Snyder/Charles Singleton, également auteurs de « Strangers in the Night » pour Sinatra, « One Step Ahead » est une balade romantique qui contient des éléments plus R&B et plus pop et on devine qu’Aretha ne tardera pas à essayer de séduire un public plus large.

Le morceau reste quand même diablement soul, Aretha chante de sa voix ensorceleuse l’addiction à un amour passé, et dès que les 2 minutes 30 sont finies, on ne peut qu’en redemander. Le potentiel de la mélodie et de l’air chanté par Aretha ont fait de « One Step Ahead » une invitation à être samplé, ce qui a été fait avec talent sur 2 excellents morceaux de hip hop : le fameux « Ms Fat Booty » de Mos Def, et le moins connu mais tout aussi bon « The Only One » de Blu and Exile.

En face B Aretha se livre à un exercice dans lequel elle excellera toute sa carrière, la reprise. « I can’t Wait Until I See My Baby’s Face » est à l’origine une balade Soul puissante écrite par le grand songwriter Chip Taylor pour Justine « Baby » Washington, enregistrée en 1963. La version d’Aretha est moins puissante mais plus douce et elle transmet aussi plus d’émotions, l’instrumentation d’Otis est aussi plus « visuelle », presque musique de film, et le tout offre clairement une merveille de face B.

Ce morceau sera repris un nombre incalculable de fois entre 1964 et 1967 et chaque version a ses points forts, ma préférée avec celle d’Aretha reste celle des Monticellos, tandis que la plus connue est sans aucun doute celle de Dusty Springfield en 1967.

« One Step Ahead/I can’t Wait Until My Baby’s Back » est sans aucun doute l’un des 45 tours les plus rares d’Aretha, et si vous avez la chance de tomber dessus, bénissez votre bonne étoile car le pressage original vaut une petite fortune.

Toutes les versions de « I Can’t Wait Until My Baby’s Back » ainsi que les deux samples hip hop de One Step Ahead sont dans la playlist ci-dessous. Bonne écoute!

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *