Anthony Joseph – Time

anthonyjoseph-2429409-jpg_2088306 copiecouv-anthony-josephAprès de longs mois d’attente, voici qu’arrive sur nos platines le cinquième album, Time, d’Anthony Joseph. Le poète et musicien Londonien originaire de Trinité et Tobago y délaisse son Spasm Band pour une superbe collaboration avec Meshell Ndegeocello. 

En laissant Meshell aux arrangements et à la production, Anthony Joseph a eu tout le loisir de se concentrer encore d’avantage sur ses textes. Time se construit ainsi autour des poèmes du chanteur, toujours engagés, dans lesquels le showman se veut plus intime, plus direct aussi. Les textes sont déclamés, accentuant encore la force de sa prose. L’impact des mots crée le rythme de l’album, magnifiquement soutenu par les arrangements de Meshell. C’est donc un vrai « disque de poésie » qu’ont écrit de concert les deux musiciens. L’afrobeat, le funk et la soul des précédents albums semblent écarté pour un temps au profit d’un univers musical hybride, entre beats hip hop et électro avec le jazz qui n’est jamais bien loin.

« If you listen to the album, you will hear […] how she (Meshell Ndegeocello) has manipulated the fabric of time, how rhythms shift unexpectedly, how certain things seem to go out of time, to suggest their autonomy, but always seem to be right, how sub bass frequencies emerge from nowhere, and how sometimes, like in ‘Shine’, one of the more spiritual tracks on the album […] » Anthony Joseph.

Enregistré en 5 jours seulement, Anthony Joseph est entouré de Earl Harvin à la batterie, de Roger Raspail aux percus et de Magic Malik à la flûte. L’ensemble de l’album est brut, afro, parlé, loin des étiquettes que l’on pourrait lui coller. On pense forcément un peu au regretté Gil Scott Heron ou aux Last Poets, mais c’est pour mieux s’en écarter tant la voix d’Anthony Joseph est forte. Time a une réelle personnalité, façonnée par Meshell qui met les mots du poète dans un magnifique écrin de fusion jazz. À écouter d’urgence.

1 Comment

  1. Pingback: Meshell Ndegeocello – Comet, Come to Me | le Digitalophone

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *