On vous avait déjà parlé d’Akalé Wubé il y a deux ans, alors que les 5 parisiens sortaient leur deuxième album Mata, dans lequel le groupe affirmait sa maitrise de l’ethio-jazz. Les voici de retour avec Sost, un troisième album où Akalé Wubé se lance dans la composition avec réussite.

 

Toujours à partir d’un hommage au répertoire de musique Éthiopienne des années 60 et 70, Akalé Wubé ouvre la porte aux morceaux originaux  après deux albums de reprises. Le champ de leur musique s’en trouve plus ouvert avec une moitié de morceaux composés pour l’occasion et une seconde moitié de morceaux rares repris avec brio. De belles collaborations se mettent également en place. On retrouve ainsi la chanteuse Genet Asefa avec laquelle les cinq compères ont longtemps partagé la scène, ainsi que Manu Dibango que l’on entend avec bonheur sur le morceau d’ouverture : Anbessa. Le groove éthiopien trouve donc dans Sost des ambassadeurs de premier plan. Avec une quantité de concerts impressionnante, le groupe a acquis une maîtrise bluffante de leur sujet. Sost présente une version moderne d’Éthio-jazz, qui sans renier ses racines se tourne vers de nouveaux horizons avec réussite. On se régale!