AhmadJamalSaturdayMorning

Quand l’un des dinosaures du Jazz (avec un grand J) sort un nouvel album, c’est toujours un événement. C’est à la fois la quasi-certitude de ne pas être déçu et le plaisir de sentir le lien qui nous rattache aux décennies qui ont fait les grandes heures du Jazz.

Ces dernières semaines, Ahmad Jamal a retissé ce lien avec la sortie de Saturday Morning, enregistré en France dans les studio La Buissonne en février 2013 et paru sur le label Jazz Village le 24 septembre dernier.

Le pianiste de légende remet le couvert avec la même équipe qui avait fait le succès de Blue Moon en 2012, son précédent album. Des musiciens de talents : Reginald Veal à la contre basse et Herlin Riley à la batterie ont partagé la scène avec Ellis Marsalis (père de Brandford et Wynton) et Manolo Badrena aux percussions a collaboré avec Weather Report notamment sur le mythique album Heavy Weather.

Après l’avant-goût donné par le pianiste à Jazz in Marciac où il avait interprété en avant première le titre phare de l’album, Saturday Morning, on découvre un disque aux harmonies sensuelles (I’m In The Mood For Love, I’ll Always Be With You) et aux rythmes sans concessions (Back To The Future, Firely et One qu’il a choisi de ré-enregistrer suite à une demande récurrente de ses fans !). Parfois les deux, notamment sur The Line et Saturday Morning qu’il a logiquement nommé ainsi car composée un samedi matin. Alors que j’occupe moi-même mon samedi matin en rédigeant cet article, je m’aperçois que la lumière et la relative fraicheur qui font cette ambiance automnale collent plutôt bien à celle du titre. Un superbe album plein de d’énergie et de poésie.

“Eleven tracks are here, that include three very special ballads, seven of my composition and Sigidi’s One.”

Ahmad Jamal – Saturday Morning (2013) by Le Digitalophone on Grooveshark