La fin d’année et tout ce qui va avec, les rushs, les fêtes… Si bien qu’on n’a pas eu (ou pris…) le temps de vous présenter quelques uns des albums qui nous sont parvenus ces dernières semaines. Histoire de remettre les compteurs à zéro et d’entamer 2015 sans avoir une pile de CDs restée sans écho de notre part, voici en bref et en stream quelques références à écouter.


james-farm-city-folk

James Farm – City Folks

Paru le 8 décembre dernier sur le label Nonesuch, il s’agit du deuxième album de cette formation qui tape dans le haut du panier jazz. Joshua Redman, Aron Parks, Matt Penman et Eric Harland, tous musiciens de premier plan qui donnent vie à ce quartet aux inspirations actuelles et improvisations ciselées, toutes voiles dehors. «Le premier album a été plus qu’une proposition, presque une question. Qu’est-ce que James Farm ? Le second dans un certain sens est un début de réponse», dixit le saxophoniste.

En écoute par ici


Emma Donovan & The Putbacks – Dawn

Superbe album de la chanteuse australienne Emma Donovan paru le 10 novembre dernier sur le label Hope Street Recordings. Après plusieurs collaborations avec d’autres formations, elle trouve avec les Putbacks les couleurs musicales qu’elle recherche. La section cuivre souvent associée à la soul brille ici par son absence, laissant se développer les accents bluesy d’une guitare saturée très présente et d’un orgue très “churchy”. Néanmoins, les amateurs de soul y trouveront leur compte, les influences sont nombreuses et piochent dans le grand répertoire de la musique noire-américaine. L’auteure revendique un album également emprunt de la culture aborigène, mettant ainsi des notes sur l’histoire de sa vie.


Swamp Dogg – The White Man Made Me Do It

On change de registre avec ce dernier album du chanteur et musicien soul/funk/RnB Swamp Dogg. Après quelques opus orientés plutôt rock, il revient aux sons de la musique noire-américaine des années 70 qui lui ont apporté le succès qu’on lui connait. Du funk à la soul en passant par le blues, l’album est sans concessions, donne la pèche et contient quelques ballades sympathiques.


Tigran Hamasyan – Mockroot

A seulement 27 ans, celui qu’on qualifie de prodige du piano depuis déjà quelques années sort le 26 janvier prochain son 6e album en tant que leader. Pour l’occasion, Tigran Hamasyan s’offre les services d’un autre grand label, passant ainsi de Verve à Nonesuch. En trio avec Sam Minaie (basse) et Arthur Hnatek (batterie), il dévoile ses nouvelles compositions et ré-interprétations de chants traditionnels arméniens. Si qualifier ce jazz aux frontières des musiques du monde mêlant les codes de marque de fabrique parait réducteur (connote une production systématique et répétitive), il signifie du reste que la signature est reconnaissable. Tigran Hamasyan enfonce encore un peu son emprunte dans l’histoire du jazz.


Criolo – Convoque Seu Buda

Un peu plus loin de nos principales références et attraits musicaux habituels, Convoque Seu Buda nous a happés. Criolo, artiste brésilien reconnu dans le milieu du rap, sort le 13 janvier prochain cet album qui se singularise par son langage multiculturel. Emprunt évidemment des rythmes ensoleillés d’Amérique du Sud, les morceaux rapés à la sombreur apparente (on ne vous cache pas qu’on ne comprend pas le portugais) côtoient des morceaux aux allures plus traditionnels, rock ou reggae. Une musique actuelle qui ne fait pas dans la simplicité, on aime !